Danemark					Espagne								Italie

    
Italie

   
									   Italie				(hors commerce - Promo)

  
Espagne					Italie				  Danemark

  
Allemagne					Pays-Bas

 
Italie 					Espagne


Espagne
										
   
Pays-Bas					Pays-Bas	   			  Pays-Bas	                 Pays-Bas	

				

    
Angleterre													Allemagne

  
Allemagne				Allemagne				Allemagne

      
					Danemark					 Allemagne	


Allemagne 

   						
Japon       				Suède 					Suède           		  Suède

  
Pays-Bas								  USA

 
Allemagne					Hollande	

  
Usa					Usa               		       		Japon

   
Angleterre			        Allemagne				Suisse

    

    
																Norvège

Allemagne

   
Argentine (33T format 45T)       	Portugal			     Japon (33T format 45T)      	        Espagne


Italie

    
Italie	
													
   

    

    



	 
Allemagne				Hollande				Trisa Saban - Carte musicale sonore

     

    
					Espagne				  Italie				       Japon

   
Hollande                       		Suède              		  Argentine				Allemagne


Allemagne

   
Uruguay (33T format 45T - 17CM)			Suède                          	  Suède

    
Suède               			Allemagne        			  Allemagne           			Japon

   
Japon

 
					Belgique (Flamand)										

Parole d'auteur : " Tu sais que moi, quand j'ai fait Paris-canaille, j'avais écrit sur un calepin, un jour, à la maison Paris-canaille, bon ! Quelque temps après, j'ai fait cette chanson. Et puis j'avais une voisine qui était gentille, qui était venue m'écouter. Alors je lui dis : " Voilà ce que j'ai fait ". Elle me dit : " Léo, c'est fantastique ! " Et je ne me rendais pas compte. Le tube, c'est après qu'on sait que c'est le tube...
J'avais pris rendez-vous le même jour, c'est une histoire que je raconte parce que ça me tient à coeur et tu verras pourquoi, avec les Frères Jacques, avec qui j'avais travaillé au Boeuf sur le toit, à la Rose Rouge, un jour, à midi. Je chantais la chanson et ils ne m'ont pas laissé aller jusqu'au bout, en me disant : " Léo, il y a trop de paroles ! ". Alors je suis parti. J'avais rendez-vous à deux heures et demi chez Montand, place Dauphine, que j'avais connu chez Piaf. Je chante et il m'arrête lui aussi avant la fin de la chanson, il se retourne, il se met un chapeau melon, il prend un revolver postiche, il me dit : " Regarde. J'ai déjà une chanson de gangster ! " Et le soir, à six heures, chez moi, c'est vrai, ce n'est pas des blagues, j'étais sur la frontière de Neuilly et du XVIIème, est venu Mouloudji. Mouloudji c'est un garçon intelligent et il avait joué dans un film qui s'appelle Nous sommes tous des assassins (film d'André Cayatte, réalisé en 1952) qui marchait bien. Et il remplissait la Villa d'Este, à tout va, le soir. Et je me suis dit : " Tiens, s'il chante cette chanson, ça m'aurait fait plaisir. " Il est venu, il m'a regardé, la main sous le menton, comme ça, il m'a écouté et puis il est parti. Voilà ! C'est tout ! Et un jour, un producteur de chez Philips avait fait chanter ça à Catherine Sauvage, qui l'a chantée. On l'a connue comme ça, la chanson. C'était fin 1952. " La bonne mémoire, France inter, 1984.

Parole d'interprète : " Léo se trompe. Sans doute parce qu'il confond avec une autre chanson dont je n'ai pas voulu et que je persiste à ne pas considérer comme très bonne et qui est Monsieur William ". Note : Léo avait en son temps contesté lui-même l'affirmation de Montand, arguant justement que le texte de la chanson Monsieur William évoquée par Montand était de Caussimon et non de lui. Dominique Lacout, Je parle pour dans dix siècles.

Retour

Accueil